Risque sonore (bruit)
De quoi s’agit-il ?

C’est un risque d’accident généré par l’inconfort, l’entrave à la communication orale et la gêne lors de l’exécution de tâches délicates.
L’excès de bruit a des effets sur les organes de l’audition, mais peut aussi perturber l’organisme en général, et notamment, le sommeil ou le comportement (manque de concentration, mauvaise humeur, dépression…).
Ce risque peut être lié notamment à l’utilisation de machine ou à la pratique, l’exposition, l’écoute régulière de musiques amplifiées.
Dans les cas d’exposition longue, la surdité irréversible peut être reconnue comme maladie professionnelle.

Quels sont les métiers concernés ?

Que dit la réglementation ?

Voici quelques références au Code du travail, vous pouvez le retrouver sur
www.legifrance.gouv.fr
Prévention des risques d’exposition au bruit : articles R. 4431-1 à R. 4437-4 du Code du travail
Valeurs limites d’exposition professionnelle : articles R. 4431-2 à R.4431-4 du Code du travail

A partir de 80 dB (A) * / A partir de 135 dB (C) *

▪ Mise à disposition des protections auditives individuelles

▪ Examen audiométrique à la demande du salarié.
▪ Information et formation individuelle et collective des salariés sur les risques, l’utilisation des protections et la surveillance médicale.

A partir de 85 dB (A) * / A partir de 137 dB (C) *

▪ Mise en oeuvre d’un programme de mesures de réduction d’exposition au bruit.

▪ Signalisation des zones concernées avec limitation d’accès.
▪ Utilisation effective des protections auditives individuelles.
▪ Surveillance médicale renforcée (SMR) et contrôle audiométrique régulier.

A partir de 87 dB (A) * / A partir de 140 dB (C) *

Valeur limite d’exposition, avec protection auditive individuelle, à ne jamais dépasser

 *dB (A) niveau d’exposition sonore quotidien sur une journée de 8h. / dB (C) : niveau de pression acoustique de crête qui correspond à des bruits intenses mais courts.